Au cours de cet été, les positions de la mairie face à SA ont  considérablement  changé.

En MAI M le  maire et son avocat envisageaient une transaction pour négocier le départ de SA .

Début JUILLET M le Maire  affirmait vouloir se débarrasser de Santé Actions et travaillait sur l’hypothèse de son départ .A cet effet il avait consulté toutes les associations en lien avec les thermes CGT, l’association des curistes, l’association « cap vers notre avenir » pour élaborer  en commun un cahier des charges  en vue de rechercher un éventuel repreneur. Seule notre association a répondu. Voir  la réponse de « cap vers notre avenir »dans l’article intitulé « proposition de notre association au cahier des charges demandé par la mairie .

Sitôt après, le CM prenait le 21/07 la décision de faire réaliser un audit .Cet audit sur l’état des lieux et les perspectives d’avenir de la station  coutera 40000 euros qui seraient financés au ¾  par l’état, la région, le département   et pour ¼ par la commune soit 10000 euros.

Fin AOUT grand revirement  .IL n’est plus question de changer de concessionnaire.

Bien sûr nous ne reprochons pas  à la mairie de lancer une étude sur les perspectives d’avenir de la plus importante entreprise de son territoire mais à quoi bon lancer maintenant cette étude qui ne servira pas avant la fin de contrat de Santé Actions  c’est à dire 9 ans?

Il ne faudrait pas abuser encore une fois les capvernois en leur faisant croire qu’on se prépare au changement alors qu’on  ne le veut pas et que l’on ne fait rien pour qu’il se produise .

Du coup M le maire tient actuellement  2 discours totalement opposés  :

 un discours de circonstance destiné aux curistes notamment tous les lundis lors du  pot de bienvenue des curistes. Ce discours au quel il ne croit plus et auquel il n’a peut-être jamais cru  ,M le maire le tenait à tous ses interlocuteurs en début de saison : « il ne faisait plus confiance à SA , dont il souhaitait le départ. Si Santé Actions partait, il reprendrait la gestion des thermes en régie  avec l’aide de l’Etat, de la région, du département avant de relancer un appel d’offres pour avoir un nouveau fermier et il n’aurait pas de mal à en trouver car les repreneurs étaient nombreux…on repartirait alors sur de bonnes bases …»

et en  parallèle un nouveau discours faussement raisonnable  aux élus et  à ses concitoyens. Selon lui , « la commune n’aurait pas les moyens d’assumer la charge de reprise des thermes  en régie. Il serait plus sage dès lors  de conserver Santé Actions comme fermier et de s’en remettre aux décisions du tribunal de commerce d’Albi . »

Ces 2 discours contradictoires  traduisent pour le moins le grand embarras de la municipalité face à un dossier qui la dépasse .

M le maire croit avoir trouvé la parade magique et  répète à qui veut l’entendre que l’avenir de la station ne dépend pas de lui et qu’il est lié aux décisions du tribunal de commerce d’Albi .

Ceci n’est vrai que parce qu’il le veut ainsi .Il oublie trop facilement qu’il est responsable et qu’il lui revient de  prendre les décisions qui s’imposent  pour les délégations de service public qu’il a signées.

Le Tribunal d’Albi est certes un paravent bien commode qui lui permet de temporiser en se défaussant  de toute responsabilité mais n’en déplaise à M le Maire, en réalité l’avenir des thermes et de la commune est lié aux seules décisions de la Mairie.